18 janvier 2022

Comment éviter que 68% de nos vêtements dorment dans nos placards ?

Comment éviter que 68% de nos vêtements dorment dans nos placards ?
Oui, c’est un chiffre qui marque les esprits : 68% de nos vêtements dorment dans nos placards. Concrètement, qu’est-ce que ça signifie ? Simplement que vous achetez près de trois fois trop de vêtements par rapport à vos réels besoins. On vous explique comment contrer ce phénomène.

Aujourd’hui, La Belle Armoire vous donne en effet quelques astuces pour renouveler votre garde-robe régulièrement, sans pour autant surconsommer. Car on le sait : vous êtes un grand nombre à avoir de nombreux vêtements inutilisés, et pourtant en bon état, qui pourraient plaire à d’autres personnes.

Il faut dire qu’entre les soldes, le Black Friday, les nouvelles collections, les nouvelles modes : tout est fait par les marques et les enseignes de fast-fashion pour vous pousser à la consommation et favoriser l’achat compulsif. C’est simple : chaque année, nous jetons en France près de 20.000 tonnes de produits textiles, soit 12kg par personne : un chiffre édifiant qui doit nous alerter.

.

1. Se poser les bonnes questions

En prenant quelques précautions, il est pourtant assez simple d’éviter les pièges et d’optimiser votre consommation de vêtements. Comment acheter de façon raisonnée ? Il suffit de se poser les bonnes questions avant de passer à la caisse et de sortir sa carte bleue :
– Ai-je vraiment besoin de ce vêtement ?
– Ce vêtement est-il de qualité pour durer dans le temps ?
– Son style va-t-il encore me plaire dans quelques mois ?

Ainsi, vous arriverez progressivement à consommer moins, mais mieux, en privilégiant des matières de qualité, des looks intemporels et des vêtements fabriqués dans de bonnes conditions, si possible en France. Il existe de nombreuses marques qui suivent un modèle économique et un processus de production éthiques. Nous pouvons par exemple citer pêle-mêle des marques de référence comme 1083 ou Le Slip Français.

.

2. Vendre vos vêtements inutilisés

Mais, au-delà d’acheter de façon raisonnée, il existe bien d’autres façons de limiter son impact sur l’environnement. Comment ? Facile : en donnant ou en revendant les vêtements que vous ne portez plus. A coup sûr, ils feront le bonheur d’autres personnes ou de vos proches.

A La Belle Armoire, par exemple, nous vous permettons de déposer vos pièces et d’être commissionnés sur leurs ventes. Une manière ludique de se faire un peu d’argent tout en évitant d’avoir des dizaines d’habits qui dorment au placard. C’est en plus l’occasion d’un beau moment d’échange et de partage avec les membres de notre équipe. Car c’est avant tout ça, le monde de la seconde main : le lien social.

Bien plus que de choisir quoi vendre et comment s’habiller, se rendre dans une boutique de vêtements d’occasion est une expérience à part entière, très différente des magasins traditionnels. Nous ne cherchons plus seulement à faire des bonnes affaires, nous cherchons avant tout des pépites avec une histoire que l’on sera fier de porter pendant plusieurs années. Plus qu’un engagement, c’est donc une alternative joyeuse à la fast-fashion.

.

3. Faire un don aux associations locales

Autre possibilité : vous pouvez également faire un don à des associations locales, comme Emmaüs, Secours Populaire, La Croix Rouge, etc. Nous vous encourageons vraiment à soutenir ces structures qui œuvrent, au quotidien, pour aider les personnes en difficulté. Ils effectuent un travail formidable et ont besoin de votre générosité. Avec un vêtement qui dort au placard, vous pouvez non seulement faire un heureux, mais aussi contribuer, à votre échelle, à améliorer la vie d’un inconnu dans le besoin.

Quoi leur donner :
– des vêtements en bon état, propres et secs.
– des vêtements intemporels, faciles à porter.
– des vêtements non-déformés.

.

4. Raccommoder les vêtements abimés

Autre idée pour réduire votre impact environnemental et éviter que vos vêtements abîmés finissent inlassablement au placard ou terminent au fond d’une poubelle : raccommoder. C’est même une nouvelle tendance, avec le visible mending. Ce phénomène, en vogue sur Instagram, est le fruit d’un mouvement engagé et original : laisser les coutures apparentes ou trouver un patch coloré pour donner du style et affirmer, haut et fort, ses convictions écolos.

C’est un excellent moyen de se différencier tout en prolongeant la durée de vie de ses vêtements. En fait, ici, tout est question d’imperfection, d’imagination. Vous pouvez donc redonner un vent de fraîcheur à certains vêtements, leur donner un coup de jeune, qu’ils soient abimés ou non. Il existe un grand nombre de techniques : pour le reste, les idées suffisent. Alors avant de condamner un vêtement à l’oubli, il peut être judicieux de chambouler son schéma de pensée habituel.

.

5. Louer ses vêtements plutôt que d’acheter

Pourquoi toujours acheter ses vêtements, alors que vous pouvez aussi les louer ? C’est une façon originale de changer régulièrement sa garde-robe sans pour autant détruire les ressources. Du style certes, mais avec malice et à un prix raisonnable. C’est d’ailleurs un service que nous avons lancé l’an dernier pour permettre à toutes et à tous, à Chambéry, de mieux consommer la mode.

Cependant, nous avons souvent tendance à alerter les consommateurs quand nous parlons de location. Il existe aujourd’hui de nombreuses solutions en ligne. Seulement, l’impact écologique n’est pas neutre, puisque le transport des vêtements – à l’aller puis au retour – nécessite des ressources. Nous vous invitons donc à trouver une alternative en local, où vous pouvez facilement récupérer et déposer les pièces que vous louez. Il en existe désormais dans la plupart des grandes agglomérations, et même des villes de taille moyenne.

.

Votre boutique à Chambéry

Vous avez désormais toutes les clés pour éviter que 66% de vos vêtements ne dorment au placard. Bien entendu, si vous êtes de Chambéry, en Savoie, nous pourrons poursuivre la discussion lors de votre visite à la boutique, spécialisée dans la vente d’habits de seconde main, la mise en avant d’objets de créateurs locaux et la location de vêtements.